Archives par mot-clé : identité

Les souverainistes doivent être pris au sérieux

Le Regard Libre N° 38 – Clément Guntern

L’avancée en Europe des partis d’« extrême droite » que l’on a pu observer récemment en Hongrie fait peur à beaucoup d’observateurs. Au lieu de stigmatiser ces votants, ne serait-il pas justement temps de traiter sérieusement leurs revendications ?

Continuer la lecture de Les souverainistes doivent être pris au sérieux

L’écologie du grand remplacement

Le Regard Libre N° spécial « Ecologie – Pour un revirement intégral » – Clément Guntern

Contrairement aux apparences, la très controversée théorie du grand remplacement de Renaud Camus peut être abordée sous l’angle d’une écologie dite intégrale. Voici un article sans préjugé.

Il ne sera nullement ici question de débattre de la pertinence démographique de la théorie du grand remplacement. De nombreux démographes y ont d’ores et déjà consacré travaux et articles ; essentiellement pour critiquer et dénoncer cette thèse et ses chiffres qui, selon la quasi-totalité des experts, sont totalement exagérés et douteux. Notre but consistera à explorer la dimension écologique de cette théorie. Continuer la lecture de L’écologie du grand remplacement

L’œil bienveillant de Xochitl Borel

Le Regard Libre N° 35 – Alexandre Wälti

La rencontre est prévue à Vevey, le 29 octobre 2017, à 14h00. Elle attend déjà sous l’arbre devant le hall de gare et tapote du pied. Le temps est gris. Il deviendra plus clément à la fin de l’entretien. Nous parlerons notamment des patronymes, des personnages et des thématiques de son roman Les Oies de l’Île Rousseau, paru en 2017 aux Editions de l’Aire.

Ce second livre est plus ambitieux que le précédent. L’Alphabet des Anges s’articulait autour de deux personnages touchants, une mère et sa fille aveugle, tandis que Les Oies de l’Île Rousseau met en scène sept destins, entre détresse et tendresse, qui gravitent surtout dans Genève.

Les Oies de l’Île Rousseau raconte les existences entrecroisées de Mehran, Farid, Majda, Tsyori, Fiora, Eva et Eliott. Sept personnages qui n’ont, au départ de la narration, rien en commun et qui se rencontrent progressivement à la suite d’un suicide. Ce drame, bien loin d’être représentatif de l’ambiance du roman, est à l’origine de l’enquête policière d’Eliott. Cette dernière agit comme un fil conducteur de l’histoire parmi d’autres.

De l’importance du « flou identitaire » Continuer la lecture de L’œil bienveillant de Xochitl Borel

Moutier, ville jurassienne : ils ont choisi

Regard sur l’actualité – Léa Farine

A l’heure où j’écris ces lignes, on sait que Moutier, petite ville située selon son slogan au « cœur du jura », a décidé à une courte majorité de se rallier à ce canton. Le scrutin clôt presque définitivement un conflit vieux de deux siècles, puisque c’est en 1815 que les anciennes terres de l’Évêché de Bâle sont annexées par le canton de Berne. Bien plus tard, dans la deuxième moitié du XXe siècle, la question identitaire resurgit et flambe, ce qui débouchera, après une longue période de tension, sur l’entrée en souveraineté de la République et Canton du Jura en 1979.

Or, ces derniers temps, de façon moins violente que dans les années 70 mais avec tout de même une certaine animosité larvée, le climat n’était pas serein, à Moutier. Ce n’était pas à moi, ni à quiconque d’ailleurs, sinon les principaux intéressés, de déterminer, par le vote, qui des séparatistes ou des loyalistes avait raison ou tort. Mais ce que l’on peut dire et redire, c’est à quel point les questions identitaires sont toujours liées, de façon ambivalente, à la fois à la sécurité et à la lutte. En effet, il est vital, pour l’animal social qu’est l’être humain, de se sentir appartenir à une communauté, religieuse, linguistique, nationale ou encore familiale, plus ou moins inclusive selon les sensibilités personnelles. Continuer la lecture de Moutier, ville jurassienne : ils ont choisi

« Lion », une ode bouleversante à la fraternité

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Une rubrique partenaire de Cinérevue, l’émission cinématographique de NeuchVox. Prochain direct : lundi 1er mai 2017, 20h30 – 21h00

Bouleversant. Tel est l’adjectif sans doute le plus adapté à ce drame tiré d’une histoire vraie. Lion raconte le destin incroyable du jeune indien Saroo, cinq ans, qui se retrouve enfermé dans un train après avoir perdu de vue son frère Guddu. Les portes du wagon ne s’ouvriront que 1500 kilomètres plus tard, à Calcutta. Après des jours d’errance, le jeune garçon est intégré à un orphelinat avant d’être adopté par un couple d’Australiens.

Vingt ans plus tard, Saroo traverse une crise existentielle et cherche à retrouver son village natal avec l’aide du logiciel Google Earth et des quelques souvenirs qui lui restent de cette fameuse nuit où tout a basculé. Cela fait trop longtemps qu’il est rongé par le désir de retrouver sa mère et son frère biologiques. De tout son coeur, il veut que sa première famille sache qu’il va bien, même après toutes ces années.

La première partie du film, présentant au spectateur l’histoire hallucinante du petit garçon depuis le soir où il a été séparé de son frère jusqu’au jour où il va rencontrer ses parents adoptifs, constitue un chef d’oeuvre à elle toute seule. Les lumières sombres, l’omniprésence de la ferraille, les bruits inquiétants du train, tout est traité sous le regard de l’enfant. Le spectateur se retrouve dans un véritable cauchemar, extrêmement bien mis en scène, où le wagon se transforme en prison ; les hommes en monstres ; et le temps, et la faim, et la soif, en supplices. Continuer la lecture de « Lion », une ode bouleversante à la fraternité

Alain Finkielkraut, itinéraire d’un essayiste singulier

Le Regard Libre N° 12 – Jonas Follonier

Alain Finkielkraut est né en 1949 de parents juifs polonais tous les deux rescapés de la Shoah. Naturalisé à l’âge de un an, il estime avoir une dette envers la France qui lui a permis, à travers l’école républicaine, de devenir français en recevant la culture de son pays d’accueil, et plus particulièrement la langue et la littérature françaises.

D’abord engagé en tant que maoïste puis en tant que gauchiste dans les années 60, Finkielkraut s’est toujours distingué du socialisme dans ce qu’il avait de subversif et de totalitaire. Il faut dire que sa vie intellectuelle ressemble à celle d’un de ses modèles, Charles Péguy, car, comme le dit Yann Moix en s’adressant à l’homme qui nous intéresse : « Péguy était socialiste tout seul, peut-être même le seul socialiste digne de ce nom pendant l’affaire Dreyfus, et comme Péguy a été récupéré par la droite et qu’il n’a jamais renié une ligne de son œuvre, vous vous identifiez un petit peu à lui. Parce que finalement dans son immobilité, il a eu toujours raison. »

A ses débuts, il publie deux ouvrages avec son ami Pascal Bruckner puis s’affirme comme essayiste à force de nombreux écrits, dont La défaite de la pensée fut le premier à avoir beaucoup de succès. Cet essai ainsi que les suivants, qui se comptent en dizaines, témoignent d’une profonde cohérence et bien qu’il n’ait pas vraiment érigé un système métaphysique comme l’ont fait Platon ou Descartes, Finkielkraut a néanmoins énoncé un certain nombre d’idées construites et argumentées. Continuer la lecture de Alain Finkielkraut, itinéraire d’un essayiste singulier

Quid des élections fédérales ?

Le Regard Libre N° 11 – Sébastien Oreiller

Le 18 octobre est passé, le deuxième tour pour le Conseil aux Etats se fait attendre. Pourtant, la scène politique suisse est déjà définie : la droite sort gagnante, l’UDC surtout, le PLR ensuite. Tout le monde connaît le scénario de la prochaine législature : alliance entre les deux partis, majorité au Parlement, un conseiller fédéral en plus pour le premier parti de Suisse, indépendamment de la position, volatile, du PDC.

Continuer la lecture de Quid des élections fédérales ?