Archives du mot-clé populisme

Montée du populisme : un sentiment de déjà-vu

Le Regard Libre N° 25 – Rachel B. Häubi

« Trump-ci, trump-ça », « les gauchos-ci, les gauchos-ça », « les populistes par-ci, et les populistes par-là », … Impossible de lire, visualiser ou écouter un quelconque média sans tomber, à un moment ou à un autre, sur des expressions toutes faites et des nouvelles qui paraissent démesurées. Le gris ne semble plus exister dans ce monde manichéen où l’on prend plaisir à libeller les individus d’une part de « gauchos », de « gauchiasse », de « sales socialistes », d’« écologistes-utopistes », et de l’autre part, de « fachos », de « racistes » ou de « néonazis ». Toutes ces formules, qui tendent à discréditer la personne avant même de lui avoir accordé une chance de s’exprimer, ne seraient-elles pas le fruit de notre époque médiatique où la rapidité de l’information semble prioriser son efficacité et sa fiabilité ? En effet, l’ère numérique, qui permet d’informer spontanément les masses de l’actualité, cache cependant une face sombre : la propagation rapide d’informations erronées autour du globe, ces mêmes informations qui forgent nos opinions, et donc influencent nos actions. C’est pourquoi, lorsqu’on m’a invitée à écrire dans ce journal d’opinion, j’ai décidé avant tout d’effectuer une recherche approfondie des faits concrets afin de vous les présenter de manière à ce chacun puisse élaborer sa propre opinion, tout comme je l’ai fait.

Virage à droite

Autant en Europe que de l’autre côté de l’Atlantique, les tendances politiques semblent, depuis quelques années, virer vers la droite, voire vers l’extrême droite. Prenons pour exemples la Turquie d’Erdogan, le Brexit au Royaume-Uni, l’élection de Donald Trump aux Etats-Unis ou encore l’expansion du parti néonazi Aube Dorée en Grèce qui dispose de 18 sièges à l’Assemblée nationale depuis septembre 2015. En France, plus de 35 % des 18-24 ans voteraient Front National tandis qu’en Allemagne, le parti de l’AfD (« Alternativ für Deutschland ») prend de l’ampleur. Lire la suite Montée du populisme : un sentiment de déjà-vu

Trump passe à l’action : et si ce n’était que le début ?

Regard sur l’actualité – Nicolas Jutzet

Le monde est en effroi, car l’entrepreneur devenu « leader » a simplement décidé d’appliquer le programme qui lui a permis d’être élu, et ce à la lettre. Faisant à nouveau mentir une grande partie des « experts » qu’il humilie avec un certain plaisir à longueur de discours. Nous avions prévu « business as usual ». Que nenni, il passe à l’action. Après lui avoir reproché le contenu, nous lui reprochons désormais d’être un homme de parole. Vous admettrez sans aucune peine que nous sommes légèrement coincés dans une position intenable. Et nous sommes fautifs.

Cette attitude schizophrénique que l’on observe autant dans la presse que sur la nouvelle place publique, les réseaux sociaux, nous mènera à notre perte. En quelques mois, Trump et les autres que nous nommons avec dédain « les populistes » auront donc remis en question notre modèle, détruit la crédibilité de la presse et des analystes. Et nous continuons à croire qu’ils sont seuls, que la folie de Trump est individuelle, oubliant qu’ils sont largement soutenus par la foule. Prétendre vouloir se « réveiller de ce cauchemar », c’est croire que la faute du problème revient uniquement à la tête pensante, alors que les racines du mal sont profondes, que les métastases se sont propagées. Arriverons-nous seulement à sauver le patient ? Lire la suite Trump passe à l’action : et si ce n’était que le début ?

Le salaire minimal, une fausse bonne idée ?

Le Regard Libre N° 23 – Nicolas Jutzet

Pour ceux qui ont suivi les dernières élections aux Etats-Unis, le sujet du jour est familier. Tout au long de la campagne, ce fut une véritable surenchère. Et surprise ! pour une fois, ce n’est pas l’homme d’affaire, Donald Trump, mais le Sénateur du Vermont, populiste à ses heures perdues, Bernie Sanders, qui en sort vainqueur. Le quarante-cinquième président des Etats-Unis paraît bien sage avec sa proposition d’un salaire à 10$ / heure sur le plan fédéral. En face, c’est 12$ pour Hillary Clinton et même 15 $ pour celui qui assume fièrement son statut de socialiste dans un pays qui pourtant est habituellement hostile à cette doctrine. C’est avec ce genre de propositions que le sympathique Bernie a un temps fait trembler, notamment grâce à sa capacité à rallier la jeunesse derrière lui (beau succès pour le slogan du septuagénaire « Our Revolution, a future to believe in »), son parti qui a craint un court instant voir la candidate de l’Establishment mordre la poussière dès la primaire. S’ils avaient su…

En s’attardant sur les statistiques de Google Trends, on s’aperçoit que le mot « populisme » a connu une soudaine explosion de son nombre de recherches, entre le 6 et le 12 novembre 2016. Dates qui coïncident avec l’élection désormais entérinée de Trump. Loin de moi l’idée de défendre aveuglement notre nouveau « chef du monde libre », mais force est de constater que parfois il a su faire preuve de bon sens et que le populisme est une discipline pratiquée par nombre de ses collègues politiciens à travers le monde. Et le salaire minimal en est un magnifique exemple. Lire la suite Le salaire minimal, une fausse bonne idée ?

Personne n’a le monopole du populisme

Regard sur l’actualité – Nicolas Jutzet

J’ai donc, comme beaucoup, passé ma nuit de mardi à mercredi scotché devant CNN et les magnifiques explications de John King tapotant de manière effrénée sur son écran tactile qui permettait de découvrir les résultats en détail. Décidément, quel spectacle… Il faut dire que le scénario fut passionnant. Passer d’une élection quasi assurée de la candidate « mainstream » appréciée de tous les médias, au doute, puis à l’élection de Trump et enfin à son discours empli de bon sens et de sagesse. Impossible de s’endormir devant pareille tragédie. Et que dire de ce qui suivit. Que de réactions outrées, horrifiées, exagérées et souvent fausses. Quel amoncèlement de bêtises, de niaiseries et de jérémiades insupportables. En lisant la presse, notamment française, je découvris qu’un horrible candidat populiste venait de l’emporter, nous faisant basculer dans une nouvelle ère. Comme si le populisme venait de naître et de s’imposer.

Les mêmes qui aujourd’hui donnent des leçons à l’Amérique, sans la connaître, après en avoir donné aux Britanniques suite au Brexit, usent pourtant des mêmes armes que celles déployées par Trump tout au long de sa campagne. S’il vous plaît, qui annonçait une chute de la bourse suite à son élection (la bourse a fini sur un record le jour suivant son élection, sûrement parce que contrairement à vous, certains avaient lu son programme) ? Qui encore prédisait pareil sort à la Grande-Bretagne en cas de Brexit ? Qui encore s’est par exemple fait élire en France sur le slogan « mon ennemi, c’est la finance » ? Qui encore, dans des accès de démagogie à peine croyable, ose proposer des salaires minimaux, des loyers encadrés, des caisses uniques, des RBI, ou des semaines à 25 heures en venant ensuite nous expliquer qu’ils abjurent le populisme ? Lire la suite Personne n’a le monopole du populisme

Adieu Europe, adieu libre échange – Le nouveau monde a gagné

Regard sur l’actualité – Nicolas Jutzet

Ce qui semblait poindre avec le Brexit est désormais confirmé. L’Europe qu’on soupçonnait d’être divisible est divisée. La polémique autour du traité économique et commercial global CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement) qui devait lier l’Union Européenne et le Canada vient appuyer cette thèse. L’UE est une vieille dame qui ne sait plus à quel saint se vouer. D’habitude très centralisatrice – ce qui explique une partie du désamour qu’elle rencontre – elle s’essaie parfois au fédéralisme. Et bien évidemment, c’est un échec. Comment croire qu’une machine qui d’habitude se suffit à elle-même, puisse – le jour venu – compter sur les différents parlements nationaux et pire, sur la population ?

Lire la suite Adieu Europe, adieu libre échange – Le nouveau monde a gagné