Archives par mot-clé : urss

La voie bilatérale, une impasse depuis toujours

ARTICLE LONG FORMAT, Clément Guntern | En se lançant dans la voie bilatérale au début des années 2000, la Suisse pensait avoir trouvé une forme de cohabitation avec son voisin européen qui serait profitable et adaptée aux particularités suisses. Or, dès sa conception, cette voie était en réalité une impasse politique. Elle le reste aujourd’hui et s’explique par une série de mythes bien ancrés dans notre pays. Pour sortir de ce cul-de-sac, c’est au peuple suisse qu’il revient d’avoir enfin un projet européen. Un acte demandant courage et modestie et qui renforcerait notre identité nationale.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement

La lecture de Pascal Couchepin: «Barbarossa»

La guerre échappe à ceux qui la font.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement

«Stalker»: un classique métaphorique de Tarkovski à (re)découvrir

Les mercredis du cinéma – Edition spéciale: La coronarétrospective du cinéma vous présente Tarkovski – Jonas Follonier

«Qu’était-ce exactement? La Chute d’une météorite? Des visiteurs venus du fin fond du Cosmos? Quoi qu’il en soit, notre pays qui n’est pas bien grand vit apparaître une chose inouïe – ce qui a été appelé ‘‘la Zone’’. Nous avons commencé par y envoyer des troupes. Nul n’en est revenu. Alors nous l’avons bouclée à l’aide d’importantes forces de police… Et sans doute avons-nous bien fait. Au reste, je n’en sais rien… C’était un fragment d’une interview du Prix Nobel professeur Walles.»

Lire la suite de la rétrospective

La coronarétrospective du cinéma vous présente Tarkovski

Les mercredis du cinéma – Edition spéciale: Les coronarétrospectives du cinéma – Loris S. Musumeci

Chaque mercredi, nous proposons trois critiques de films dans l’actualité du cinéma. Mais inutile de vous dire pourquoi nous prenons une pause dès aujourd’hui. Une pause, une vraie pause. C’est-à-dire une pause qui nourrit, qui ressource. «Pause» vient du latin pausa qui, sans surprise, signifie «cessation», «trêve». Dès le XIVe siècle, le mot latin pausa intègre néanmoins le champ musical pour indiquer les silences entre les notes.

Lire la suite de l’éditorial

Vincent Heidelberg: «On explore l’espace pour mieux connaître la Terre et savoir comment la préserver»

ENTRETIEN LONG FORMAT, Nicolas Locatellil | Vincent Heidelberg, que personne ne connaît sous ce nom et que nous appellerons par son pseudo Twitter «Vicnet» (@AstroVicnet), s’est fait connaître sur YouTube grâce à ses talents de vulgarisateur scientifique en créant la chaîne «Stardust». Cette chaîne YouTube, à l’heure où ces lignes sont écrites, totalise 221’048 abonnés. C’est à l’occasion du cinquantenaire des premiers pas sur la Lune de Neil Armstrong et Buzz Aldrin que nous rencontrons ce vidéaste et parachutiste captivé par l’espace et les avions.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement

De l’importance de la mémoire apaisée

Le Regard Libre N° 35 – Clément Guntern

La Russie a commémoré en 2017 le centenaire de la révolution d’Octobre. En 1917, les bolcheviks avaient renversé le gouvernement provisoire pour installer leur propre pouvoir. Pourtant, alors que certains se souviennent de cette date, d’autres la fêtent. La mémoire historique nécessite encore un grand travail.

La mémoire historique d’un peuple peut être détournée en un outil politique d’une grande puissance. Les exemples qui l’illustrent sont légion. La Russie a récemment commémoré en toute discrétion le centenaire de la révolution d’Octobre 1917 qui a mis au pouvoir Lénine et les bolcheviks, ouvrant la voie à plusieurs dizaines d’années de contrôle communiste sur le pays et bien au-delà. A l’occasion de cet anniversaire, un sondage a été réalisé, demandant aux Russes qui serait selon eux le meilleur dirigeant pour le pays aujourd’hui. Et la personne qui arrive en tête est Staline. Continuer la lecture de De l’importance de la mémoire apaisée

«Le docteur Jivago» de David Lean, un film monumental

Le Regard Libre N° 1 – Sébastien Oreiller

Récompensé par l’Oscar du Meilleur Film, Le Docteur Jivago, réalisé par David Lean et produit par Carlo Ponti, est une adaptation du roman de Boris Pasternark (1890-1960), sorti en salles cinq ans après la mort de l’auteur, en pleine guerre froide. Censuré par le gouvernement soviétique, le roman, dont l’action s’étend sur près de trente ans, dresse le portrait de la Russie depuis la Révolution d’Octobre jusqu’à la période stalinienne.

Le film s’ouvre sur la rencontre, en plein chantier soviétique, du général Yevgraf Jivago, et d’une jeune ouvrière qui ne serait autre que sa nièce, la fille du poète Youri Jivago et de son amante Larissa. Devant la perplexité de la jeune femme, le général lui raconte l’histoire du docteur Jivago, né en Sibérie avant d’être recueilli à la mort de sa mère par des amis issus de la bourgeoisie moscovite. C’est dans cette cité qu’il étudie la médecine avant d’épouser son amie de longue date, Tonia.

Parallèlement, le spectateur découvre l’existence de Larissa, jeune fille issue de la classe commerçante mais mariée à un bolchevik. Youri et Larissa finissent par se rencontrer, sans que rien ne laisse présager de leur future romance. Ce n’est que bien des années plus tard, lorsque les Jivago emménagent en Sibérie après les expropriations du régime soviétique, que Youri et Lara se retrouvent et deviennent amants, alors que Tonia est enceinte. Malheureusement, Youri est enrôlé de force dans l’armée blanche pendant plusieurs mois, et découvre à son retour que sa femme et son fils ont fui vers l’Europe. Lara et Youri décident de quitter la Russie, mais se trouvent séparés une ultime fois. Jivago meurt plusieurs années plus tard à Moscou, sans avoir retrouvé Larissa.

Le Docteur Jivago est un film monumental, tant par sa qualité cinématographique que son fond historique. Il parvient, en trois heures, à retracer trente ans d’une Russie troublée par les révolutions, la guerre civile, et les ravages du stalinisme. L’atmosphère bouillonnante du pays au crépuscule de la Première Guerre mondiale est rendue à merveille de par les tensions entre deux milieux opposés, celui de la bourgeoisie incarnée par la famille de Tonia, et le prolétariat exaspéré à travers le personnage de Pachka, mari de Larissa. En tant que médecin, Youri Jivago est amené à combattre les sévices de la guerre et de la pauvreté, ce qui fait de lui un personnage ambivalent entre les deux classes sociales, sous le regard glacial de la Sibérie.

En ce qui concerne la production elle-même, tous les ingrédients d’un chef d’œuvre cinématographique sont réunis dans ce film, les acteurs d’abord, puis le cadre. Certains des plus grands noms du cinéma sont présents, parmi lesquels Omar Sharif, qui incarne le docteur Jivago, Géraldine Chaplin dans le rôle de sa femme, Alec Guinness dans celui du général Yevgraf Jivago, et Klaus Kinski, qui fait une brève apparition dans la scène du train. Le décor, grandiose, offre des paysages à couper le souffle, à si méprendre avec les vraies montagnes russes – le film, évidemment, n’a pas été tourné en Russie, pays où il ne sera autorisé qu’en 1994. Toutefois, plus que tous les grands acteurs au monde, c’est surtout la mélodie de Maurice Jarre, célèbre compositeur de musique de films, qui fait le charme intemporel de ce film, bercé par le son de la balalaïka.

Le Docteur Jivago est donc un long-métrage qui demeure l’un des plus grands films de l’histoire du cinéma, auréolé d’un succès intemporel. Si trois heures de projection ne suffisent pas à combler soif d’évasion et passion poétique, le roman de Pasternark fournira sans doute une mine de nouvelles perspectives non seulement sur Youri et Lara, mais aussi sur la grande Russie qui ne cesse aujourd’hui de renouveler à travers des séries télévisées et des comédies musicales sa fascination pour une œuvre injustement censurée.