Archives par mot-clé : documentaire

«Le regard de Charles» de là où il se trouve à présent

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci et Jonas Follonier

C’est un objet cinématographique bouleversant qui sort aujourd’hui. Surtout que le film est signé… Charles Aznavour. «A l’inverse de mes chansons, je n’ai jamais dévoilé mes images.» C’est maintenant chose faite avec Le regard de Charles, réalisé par Marc Di Domenico, reprenant les petits films qu’Aznavour, en secret, avait tournés avec sa caméra amateur pendant des décennies. On y entend également, portés par la voix de Romain Duris, des textes du quotidien écrits par le maître de la chanson française.

Lire la critique
Publicités

«Tout est possible» sort aujourd’hui: parlons-en (ou pas)

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

L’idéalisme, mais le travail. Le documentaire Tout est possible, dont le titre anglais est encore plus kitsch (The biggest little farm), raconte les années de labeur d’un couple américain qui décide de tout quitter pour aller fonder leur ferme en harmonie avec la nature. Ils y parviendront, après des années de travail. Or, parviendrons-nous à en parler sans tomber dans le convenu?

Lire la «critique»

Carton rouge pour «Diego Maradona»

Les mercredis du cinéma – Melisa Oriol

Asif Kapadia, connu principalement pour ses documentaires consacrés à des personnalités mondiales telles que Senna (2010) ou Amy (2015) n’a, cette fois-ci, malheureusement pas été à la hauteur du célèbre Diego Maradona.

Lire la critique

«Peter Lindbergh – Women’s Stories»

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

Un film documentaire artistique pour un artiste. Cela se tient. L’immense photographe de mode, Peter Lindbergh, qui adolescent se rêvait en Van Gogh, a la biographie qu’il mérite. Très discursive, travaillée dans ses images, étourdissante, sensuelle, endormissante – j’en ai payé les frais en m’endormant une partie du film, mais ça c’est une autre histoire –, la pellicule offre à son spectateur une évasion agréable. Mais quelque peu décevante.

Lire la suite de la critique

Avec «A Thousand Girls Like Me», Sahra Mani se bat au quotidien pour les femmes de son pays

Le Regard Libre N° 50 – Loris S. Musumeci

Dossier spécial FIFF 2019

Voilà un documentaire qui marque. Voilà une réalisatrice qui marque tout autant. Son courage et sa volonté de changer les choses l’ont menée à raconter l’histoire de Khatera Golzad dans A Thousand Girls Like Me. Cette jeune fille de vingt-trois ans a été abusée par son père durant des années, qui est devenu fou à cause de la guerre. Mais parler de ce genre de tabou ne fait pas très bonne impression. Elle franchit néanmoins le pas en s’exprimant à la télévision. La famille exclut et menace Khatera, à l’exception de sa mère qui la soutient et l’aide à élever ses deux enfants; la justice est mal à l’aise dans la mesure où la voix d’une femme n’est que rarement écoutée. Pourtant, le père est bel et bien emprisonné. Ce qui n’achève toutefois pas les peines de Khatera, ses deux enfants et sa mère. Jusqu’au jour, du moins, où elle peut enfin commencer à se reconstruire, en France.

Lire la suite de l’entretien

«Santiago, Italia»

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

«Je suis certain que mon sacrifice n’aura pas été vain.»

11 septembre 1973, les militaires chiliens s’emparent du pouvoir par un coup d’état. La politique du président socialiste Allende n’est pas de leur goût. Elle est dangereuse. Trop sociale. Trop idéologique. Populiste. Le pays est au bord du gouffre, parce que divisé. Sans manichéisme, il faut bien se rendre compte que d’un côté il y a le peuple, ouvriers et paysans, marxistes et catholiques, de l’autre il y a la haute bourgeoisie, de droite. Elle possède les usines et les privilèges. La politique d’Allende bloque les prix des produits essentiels au peuple; ce qui ne convient pas aux grands patrons, qui ne peuvent plus augmenter les prix au gré de leurs calculs intéressés.

Continuer la lecture de «Santiago, Italia»

«CODA», la musique comme thérapie

Le Regard Libre N° 49 – Ivan Garcia

Documentaire consacré au musicien et compositeur japonais Ryuichi Sakamoto, Coda donne à voir son rapport à la musique, qu’il considère à la fois comme une thérapie individuelle et un moyen d’éveiller la société à certaines thématiques telles que l’écologie ou la nature humaine.

Lire l’article

«L’Apollon de Gaza» nous met en émoi

Les mercredis du cinéma – Lauriane Pipoz

En 2013, une statue d’Apollon est retrouvée au large de Gaza. Chacun a sa théorie sur le mystérieux objet: certains le datent de l’époque grecque, d’autres voient en lui une contre-façon. Les rumeurs vont bon train et l’affaire agite la sphère médiatique. Mais quelque temps plus tard, elle disparaît. Dans cette ville ravagée par la violence, qu’est-il arrivé à l’Apollon de Gaza?

Lire la critique

«#Female pleasure», repenser l’appréciation du corps féminin

Les mercredis du cinéma – Lauriane Pipoz

Le documentaire #Female pleasure, réalisé par la Suissesse Barbara Miller, se concentre sur les luttes de cinq femmes issues de confessions et de cultures différentes. Elles ont choisi chacune un moyen d’éveiller les consciences sur un même problème présent dans des endroits et des milieux variés, de façons et à des degrés distincts: la perception négative du corps féminin et la négligence de son plaisir.

Continuer la lecture de «#Female pleasure», repenser l’appréciation du corps féminin

«A bright light», lumières d’une voix sombre

Les mercredis du cinéma – Alexandre Wälti

La musique peut être spirituelle. C’est le cas des compositions de Karen Dalton. Sans liturgies ni textes sacrés, mais avec une énergie qui aimante l’auditeur et le plonge dans une dimension parallèle. Celle qui fait trembler tout le corps. Celle qui heurte parfois le cœur. Celle qui réveille les ancêtres. La musicienne d’origine amérindienne a collecté des chants traditionnels et a composé ses propres chansons avec l’âme comme matière première. Son travail n’a été reconnu qu’après sa mort prématurée en 1993.

Continuer la lecture de «A bright light», lumières d’une voix sombre