Archives par mot-clé : québec

Cœur de pirate nous a fait craquer

Paléo Festival 2019 – Lauriane Pipoz

Cœur de Pirate, de son vrai nom Béatrice Martin, a su offrir une représentation parfaitement adaptée à un festival, ce dimanche 28 juillet au Paléo Festival. Retour sur l’artiste-ange bien trop importante pour cette petite tante.

Lire l’article
Publicités

Hubert Lenoir, son œil rouge et sa conquête de Paléo

Paléo Festival 2019 – Amélie Wauthier

Ce mercredi soir 24 juillet 2019 à 20h00, Hubert Lenoir se produit sur la scène du Dôme. Ce nom ne me dit rien, j’ai d’ailleurs de la peine à m’en souvenir – en même temps, certains jours, j’oublierais mon propre prénom si celui-ci ne figurait pas sur ma carte d’identité. Toujours est-il que je suis curieuse de découvrir l’univers de cet artiste que Paléo définit comme «fulgurance glam pop»!

Quelques minutes avant le début du concert, un homme dispose de nombreuses serviettes éponges aux quatre coins de la scène. Derrière lui, on peut lire «hubert lenoir woo» inscrit de travers à la bombe sur un large tissu carré. J’ai le sentiment que ce concert risque d’être déjanté et c’est tant mieux! 

Lire la suite de l’article

Yves Duteil: «Je suis un passeur d’émotions»

«Ma seule autorité est la compétence»

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement

L’Apaisée, une perle houblonnée au bout du Léman

Les vendredis de la microbrasserie – Max Moeschler

C’est au cœur de la cité de Calvin que nous emmène aujourd’hui notre pèlerinage dans le foisonnant monde des brasseries artisanales. Nous vous y présentons u ne brasserie unique, originale et sans concessions : la Brasserie l’Apaisée à Genève.

C’est en 2014, au retour d’un séjour au Québec, que Xavier Righetti décide de commencer à brasser sa propre bière, dans sa cuisine tout d’abord. Passionné par la très riche scène des craft beers américaines, il entreprend alors d’étoffer une offre brassicole genevoise encore pauvre en terme de bières artisanales typées IPA. Le nom de la brasserie est inspiré du ressourcement qu’en tire son créateur : « faire de la bière est aussi un moyen de revenir à une activité plus manuelle et moins stressante, éloignée des écrans d’ordinateur », explique-t-il.

Continuer la lecture de L’Apaisée, une perle houblonnée au bout du Léman

Leif Vollebekk, « Twin Solitude »

Les mélodies du jeudi – Alexandre Wälti

Un article également consultable sur LeMurDuSon.ch

La mélancolie, c’est vrai. Nous pouvons l’entendre dans la musique de Leif Vollebekk. Mais pas seulement. Il y a surtout une maîtrise du groove qui n’est pas commune chez les songwriters. Le Canadien m’est tombé une première fois dans les oreilles en 2010 avec l’album intimiste Inland. Heureusement !

Je réécoute souvent Inland avec beaucoup de plaisir. Quand j’ai besoin d’authenticité musicale. Quelque chose de l’ordre de l’inachevé le caractérise encore aujourd’hui, peut-être le charme du premier album. La guitare acoustique n’y est pas dissimulée derrière des arrangements trop précis. Elle est brute et parfois imparfaite.

Continuer la lecture de Leif Vollebekk, « Twin Solitude »

Félix-Antoine Savard et l’âme du Canada

Le Regard Libre N° 28 – Louis-Joseph Gagnon

Peu d’entre nous, Canadiens-Français et Canadiens-Anglais, connaissent nos écrivains qui, par leurs écrits, traduisirent pour leurs compatriotes l’âme de leur patrie. Félix-Antoine Savard, prêtre, écrivain-poète et folkloriste du XXe siècle, natif de Québec, est un de ceux-là. Pourquoi alors, si j’affirme que peu au Canada ne savent pas même le nom de cet auteur, hormis les quelques étudiants du pavillon dédicacé à son nom à l’Université Laval à Québec, pourquoi publier un article dans un journal suisse ?

La cause en est toute simple : son nom mérite d’être répandu à l’extérieur du Nouveau Monde. Ne désirez-vous pas, vous autres Européens, goûter le fruit d’une de vos racines ? D’autant plus que Mgr Savard (prélat et non pas évêque) fut le récipiendaire du prix de la Langue française remis par l’Académie français en 1938 pour son fameux livre Menaud, maître-draveur. Et chacun reconnaîtra dans la terre suisse un lieu favorisant hautement l’épanchement des idées et de la vie artistique de tout genre, glorieuses ou pas. Dada ou Lénine peuvent en témoigner. Continuer la lecture de Félix-Antoine Savard et l’âme du Canada