«American Nightmare 4 : Les Origines»

Les mercredis du cinéma – Marina De Toro

Depuis 2013, James De Monaco a surpris avec sa saga American Nightmare qui consiste en une purge annuelle devant réguler la criminalité et le taux de chômage des Etats-Unis. C’est durant une nuit par année que les citoyens américains ont le droit de commettre tous les crimes et exprimer toute leur négativité. Une fois les douze heures passées, les crimes survenus durant la purge ne seront pas poursuivis et la vie reprendra son cours normal. Dans ce quatrième film, le réalisateur Gerard McMurray nous présente l’origine de cette tradition meurtrière qui a eu lieu dans une ville sur une île isolée des Etats-Unis.

Le film de trop

Les « Nouveaux Pères Fondateurs » sont parvenus à la tête des Etats-Unis et décident de mettre en place un projet expérimental visant à baisser le taux de criminalité. Ce nouveau concept vient de la sociologue May Updale et ses idées ont très vite intéressées le nouveau gouvernement des Etats-Unis. Seul problème, Dr. Updale et le gouvernement n’ont pas le même point de vue sur cette expérience qui ne représente qu’un test psycho-social pour la sociologue alors que les politiciens y voient un intérêt économique pour le pays.

Cette divergence des idées est très mal amenée dans le film et tout devient extrêmement prévisible. Aucune intrigue ne s’installe car les antagonistes, les « Nouveaux Pères Fondateurs », ne cachent rien aux spectateurs et expriment très maladroitement leurs intentions avec la Purge. Ce quatrième film n’apporte donc rien de plus à l’histoire contée depuis les premiers American Nightmare.

Messages adressés aux Etats-Unis

Même si le concept de la Purge est extrême, voire absurde pour le commun des mortels, il faut tout de même affirmer qu’il est proprement une critique de nos sociétés occidentales et en particulier celle des Etats-Unis. On perçoit clairement la persistance des clivages entre les différentes communautés et notamment la présence encore constante d’un racisme contres les Afro-Américains et les Latinos. Ce sentiment d’un pays en plein chamboulement et d’une hostilité en croissance dénote très clairement de l’attitude controversée de Trump depuis son élection en 2017.

Malgré la pauvreté scénaristique du film et le jeu passablement mauvais des acteurs, la Purge sonne comme un avertissement d’une limite à ne jamais franchir. Finalement, American Nightmare 4 montre à quel point l’imagination des Hommes peut dépasser la morale et que, même si notre monde a déjà connu nombre d’horreurs, les idées destructrices ne s’épuisent jamais.

Ecrire à l’auteur : marina.detoro@leregardlibre.ch

Crédit photo : © Universal Pictures Int. Switzerland GmbH

 

Laisser un commentaire