Archives par mot-clé : netflix

Johnny Hallyday comme vous ne l’avez jamais vu: «J’suis une pute»

Johnny Hallyday est lui-même la voix off de la série documentaire Netflix Johnny par Johnny, sorti en ce début d’année. Portée par des archives sorties du néant et par la voix du principal intéressé, cette étonnante réussite réalisée par Alexandre Danchin et Jonathan Gallaud fourmille de pépites croustillantes sur le parcours et la personnalité de la star disparue en 2017. Une star qui se dévoile plus sombre qu’on la décrit habituellement. Si vous êtes du genre à aimer vous prendre une claque, foncez.

Lire la critique (en libre accès)

«Silverton Siege»: le cinéma d’Afrique du Sud s’affirme, mais n’abolit rien

Les mercredis du cinéma – Jordi Gabioud

Avec l’avènement du numérique, l’industrie cinématographique d’Afrique du Sud se révèle de plus en plus comme un acteur à suivre dans le champ de la production mondiale. Silverton Siege le prouve à son tour. N’ayant pas à rougir face aux grandes productions américaines, il fait preuve de grandes qualités visuelles et narratives. Pourtant, il est triste de voir qu’un film questionnant l’identité de son pays soit finalement si… américain. Retour sur les paradoxes de l’industrie cinématographique de ce pays.

Lire la critique (en libre accès)

«BigBug»: Jeunet court-circuite nos cerveaux

Les mercredis du cinéma – Jordi Gabioud

A de nombreuses reprises, Jean-Pierre Jeunet a su susciter l’enthousiasme grâce à son savoir-faire et ses partis-pris radicaux. Ainsi, avec la liberté accordée par Netflix, beaucoup attendaient BigBug comme une replongée tant espérée dans les univers étranges et envoûtants du réalisateur. On espérait peut-être la grande œuvre, le résultat peine même à être un film.

Lire la chronique (en libre accès)

«La Maison»: dans l’océan Netflix, l’art est perles perdues

Les mercredis du cinéma – Jordi Gabioud

La Maison, nouveau film d’animation proposé par les talents des Nexus Studios, est sorti dans le silence qui accompagne la plupart des productions Netflix. Ce silence témoigne en général de la tiédeur de ces œuvres dont le but assumé est avant tout de gonfler les chiffres du catalogue de la plateforme. Avec La Maison, il faut l’annoncer immédiatement: ce silence est mensonger! Plongez-vous dans ce dérangeant triptyque comico-horrifique et laissez son étrange esthétique hanter votre esprit.

Lire la critique (en libre accès)

De «ANGÈLE» à Angèle et vice-versa

Article inédit – Kelly Lambiel

Après Brol, l’album qui l’a fait connaître du grand public en 2018, Angèle est de retour trois ans et quelques confinements plus tard avec Nonante-cinq. Plus personnel, intimiste même, il s’accompagne d’un documentaire sobrement intitulé ANGELE, paru sur Netflix à peine deux semaines avant la sortie de l’album; l’occasion pour la chanteuse de nous le raconter et de se (la) raconter?

Lire la critique (en libre accès)

«Je veux juste en finir», moi aussi

Les plateformes ciné du samedi – Kelly Lambiel

Thriller psychologique? Film d’horreur? Road movie cauchemardesque? Film d’auteur? Aucune idée. Perché? Profond? Ennuyeux? Poétique? Je ne sais pas. Moi aussi Je voulais juste en finir. Mais pourquoi? Parce que j’ai aimé ça? Je n’irais pas jusque-là. Parce que j’ai détesté ça? Non, je ne crois pas.

Lire la critique (en libre accès)

Je suis «Lupin» et bien d’autres

Les plateformes ciné du samedi – Alissa Musumeci

Changements d’identité, énigmes et rebondissements inattendus, voilà tout ce que nous réserve Lupin, dans l’ombre d’Arsène, diffusé sur Netflix depuis janvier 2021. George Kay et François Uzan, créateurs de la série, ont vu très juste. Quelques jours après sa sortie, la première partie de Lupin est déjà dans le top 10 des contenus les plus regardés dans de nombreux pays. La Suisse, le Brésil, et bien d’autres ont été conquis par cette adaptation des recueils de nouvelles rédigées par Maurice Leblanc, à partir de 1905. A la distribution, on retrouve Assane Diop (Omar Sy) et Claire, son ex-petite-amie (Ludivine Sagnier).

Lire la critique (en libre accès)

«Le jeu de la dame» doit beaucoup à sa reine

Article inédit – Kelly Lambiel

Taciturne et exigeante, Beth Harmon l’est depuis son plus jeune âge. C’est le regard affirmé et perçant que l’orpheline lance un ferme «apprenez moi à jouer», ne laissant finalement au vieux Mr. Shaibel, d’abord peu enclin à jouer avec «une petite fille», que peu de chances de refuser. Et très rapidement, l’élève finit par surpasser le maître. Puis les maîtres. C’est qu’elle impressionne, elle déstabilise. Alors qu’elle n’y comprend encore pas grand-chose, après n’avoir observé qu’une ou deux fois, de loin, le vieux gardien jouer au sous-sol, elle sait déjà. Elle voit. Les cases ne portent pas encore de noms, les parades lui sont totalement inconnues et la dame n’est pour le moment qu’une «grande pièce qui peut aller partout», mais elle apprend vite. Bientôt, c’est elle qui ira partout.

Lire la suite de la critique (en libre accès)

Tout savoir sur le film «Molly’s Game» de Netflix

Découvrez notre critique du film de casino Molly’s Game de Netflix. Apprenez-en aussi un peu plus sur les casinos en ligne.

Lire l’article découverte (en libre accès)

Pas de dénouement pour l’affaire Maddie

Le Netflix & chill du samedi – Alissa Musumeci

Combien de parents profitent de laisser les enfants se reposer tranquillement dans leur chambre pour profiter au mieux d’un souper en amoureux? Avec une magnifique vue sur la mer l’idée est encore plus attractive… et bien pour les McCann, ce qui celle qui devait être une soirée relax s’est littéralement transformée en cauchemar. Madeleine McCann, une jolie petite fille de trois ans, est portée disparue. C’est là que l’affaire remis au goût du jour par La disparition de Maddie voit le jour. Grâce aux témoignages exclusifs des parents de Maddie et des résidents de la région de Praia da Luz, la réalisation a réussi de manière précise, minutieuse et respectueuse à retracer toute l’histoire de 2007 à 2019.

Lire la suite de la critique